Samedi 24 août 2019

Le poids du fardeau (Matthieu 11,25-30)


Lire le texte

Après avoir parlé des villes altières et porté un jugement d’autojustification, le texte de Matthieu rapporte les paroles de Jésus qui autorisent chacun à ne pas se prévaloir d’une supériorité présente. Il faut garder humblement l’espoir pour l’avenir. Pour cela, il suffit de se mettre dans une attitude de réception. Les faux sages compliquent les usages, complotent contre la simple vérité et conspirent contre ce qui est vrai et juste. La sagesse judéo-chrétienne est fondée sur une parole, la Parole de Dieu, alliance transcrite dans une écriture humaine. Elle est proposée comme signification commune, décryptée avec raison, méthode, expérience. Bref, c’est la révélation d’un sens, sa mise en message, une transmission et enfin la réception spirituelle, naturellement multiple. Il s’agit donc de découvrir la disposition de la bienveillance de Dieu, créateur et sauveur. Pour cela, une communication intégrale est nécessaire entre le Père et le Fils, le Fils et le Père. Elle relie cette entité d’amour à ceux qui acceptent cette sagesse comme un don spirituel. Le fardeau qui était lourd peut devenir léger, le poids de son propre repos devient possible, la paix de l’âme est à portée des corps. Le fait de penser, de parler, d’agir est celui des comportements individuels et des conduites collectives. Avec Jésus-Christ, la conscience peut trouver son cheminement.

Jean-Jacques Buard

Prière: Prions pour un fardeau moins lourd avec Jésus-Christ, en nous-mêmes et dans nos communautés.  

Référence biblique : Matthieu 11, 25 - 30

Commentaire du 25.08.2019
Commentaire du 23.08.2019