Jean-Denis Roquet, pasteur, vous propose ce texte méditatif de Philippe Zeissig

Au-dessus du village, juste où commence la forêt, il y a cette pente. Une pente douce. Un terrain merveilleusement incliné vers le soleil et qui n’en laisse passer aucun rayon sans le prendre. Eh bien, ces dernières années, ce terrain était exploité en gravière. Vous voyez ça : des tranchées gigantesques ; des voies d’accès pour les camions ; bref ! là, au milieu des machines grinçantes, un terrain blessé qui avait l’air de crier au-secours.

Mais aujourd’hui, on a tout remis en ordre. On a refait la pente douce. Et puis, on a reboisé. On a reboisé ! On a planté des milliers de jeunes foyards et de petits sapins qui sont tout étonnés, ces jours et tout frétillants, d’avoir retrouvé, après la neige, l’air libre et les souffles du printemps.

Maintenant donc, la pente douce est pleine de promesses d’arbres, et plus rien n’appelle au secours.  On a reboisé.  C’est de nouveau la vie.

Quelqu’un disait justement l’autre jour : « On devrait reboiser notre âme. » C’est vrai. Refaire la pente douce de notre âme, et le replanter. Replanter par exemple, la Foi, l’Espérance, l’Amour.

Et le soleil de Dieu les ferait grandir.